Passer au contenu Passer au pied de page

Les certifications de tuyaux en béton et de béton préfabriqué contribuent à garantir la qualité

Publié:

Par Randy Reimer
HK Directeur des Ventes

Les tuyaux en béton armé (RCP) et le béton préfabriqué sont les principaux éléments constitutifs des départements des transports de l’État (DOT) et des municipalités, avec des milliers de kilomètres et des structures posées sous les pieds des résidents urbains et suburbains de chaque ville d’Amérique du Nord. Grâce aux pratiques de fabrication innovantes et de haute qualité actuellement utilisées par les fabricants de TBA et de préfabriqués, nous exploitons désormais cette technologie pour gérer non seulement les besoins en drainage et en évacuation d’eaux usées, mais aussi pour soutenir la durabilité et la résilience lorsque nos villes sont confrontées à des conditions météorologiques extrêmes.

Des milliards de dollars des fonds publics sont dépensés chaque année sur des nouvelles infrastructures et la réparation de tuyaux existants. C’est pourquoi, au fil des ans, les industries des tuyaux en béton et préfabriqués ont travaillé avec des régulateurs pour établir des normes et des certifications concernant la qualité et la performance de leurs produits, ainsi que les processus de fabrication utilisés pour les produire.

Programmes de certification des usines

L’ « American Concrete Pipe Association » (ACPA) propose un programme volontaire d’assurance de la qualité appelé « Quality Cast Plant Certification Program », connu dans l’industrie simplement sous le nom de «QCast». La « National Precast Concrete Association » a un programme similaire couvrant les produits fabriqués par ses membres. Les deux programmes se composent de trois éléments principaux:

Les procédures

Les entreprises qui produisent des égouts pluviaux et sanitaires, des regards, des ponceaux rectangulaires, des structures préfabriquées à trois côtés et d’autres produits en béton préfabriqué devraient maintenir, « des procédures et une documentation suffisantes » pour démontrer que leurs produits sont systématiquement fabriqués et testés conformément aux directives de certification.

Les audits

Les usines participantes sont évaluées et classées par un auditeur-tiers pour garantir la conformité aux éléments de certification. Les auditeurs sont hautement qualifiés et connaissent bien les exigences du programme. L’ACPA fournira un sommaire à tout fabricant intéressé à en savoir plus sur cet auditeur particulier. Les programmes de certification comprennent également

un processus d’appel pour les fabricants, en cas de désaccord avec le résultat.

La mise en vigueur

L’obtention et la conservation du certificat QCast ou NPCA dépendent du maintien de la pleine conformité avec ses procédures – et essayer d’utiliser un certificat expiré est un grand faux-pas. Il attirera toutes sortes d’attentions indésirables de la part des associations et de leurs avocats.

Volontaire, mais recommandé

« Nous savons déjà que les produits en béton fabriqués en usine sont très solides, c’est pourquoi ils sont largement utilisés », explique Alan Siebenthaler, responsable du marketing / gérant de territoire chez Hamilton Kent. « En tant qu’industrie, ils doivent s’assurer que la qualité est bonne et que les joints sont bons. Cette certification est un outil que les entreprises utilisent pour améliorer leur qualité et la documenter pour leurs clients. »

En effet, ce n’est pas une certification obligatoire, bien qu’il existe de nombreux DOT qui nécessitent une certification pour alimenter leurs projets, et il y a certainement des fabricants réputés pour leur qualité qui n’ont participé à aucun des deux programmes. Mais de nombreuses entreprises ont déjà bénéficié ou bénéficieraient grandement des améliorations de processus que ces programmes de certification peuvent initier.

« Il y a des producteurs qui font déjà les bonnes choses dans le cadre de leurs pratiques commerciales régulières, même s’ils n’ont pas de certification QCast ou NPCA», explique Jason Maristanez, directeur du développement de produits chez Hamilton Kent. « Mais la certification les distingue des entreprises qui n’en ont pas. Il garantit le niveau de qualité des produits en béton préfabriqué, ce qui aide non seulement l’entreprise et la municipalité à commander les travaux, mais il nous aide également, en tant que fabricant de raccords, car nous savons qu’un raccord sera adéquat en raison de la qualité requise par la certification ».

Obligation civique

Selon les associations, les produits préfabriqués en béton devraient avoir une durée de vie moyenne de 100 ans ou plus, et il en va de même pour les raccords reliant les segments de tuyau et l’étanchéité des joints de regard d’égout et de ponceau rectangulaire. C’est une caractéristique importante, et pas seulement parce que déterrer et remplacer un tuyau est un gros problème qui cause beaucoup de perturbations, mais parce que cela coûte de l’argent.

Donc, obtenir la bonne qualité ne dépend pas seulement de la réputation d’une entreprise, c’est aussi dans l’intérêt du public. Les municipalités et les DOT (département de transport) n’ont pas les fonds nécessaires pour continuer à déterrer les tuyaux et à les remplacer avant la fin de leur durée de vie prévue.

« Pendant longtemps, la priorité était verte, mais maintenant, il s’agit davantage de résilience », explique Siebenthaler. « Vous avez absolument besoin de résilience dans votre infrastructure. En ayant des matériaux de bonne qualité, j’espère que vous avez une bonne résilience afin de ne pas avoir à revenir en arrière et à le remplacer dans 5, 10, ou 15 ans. C’est presque un service public.

Il existe trois principaux facteurs qui entrent dans la fabrication d’un système de drainage de qualité. La première est que le fabricant de tuyaux et de structures produise de bons produits

qui répondent aux tolérances et aux normes du projet, qui sont souvent le reflet de normes nationales comme ASTM, AASHTO et CSA (BNQ-Québec). Deuxièmement, spécifier et utiliser un joint de qualité de la bonne taille et conforme aux spécifications. Troisièmement, s’assurer que l’entrepreneur gère correctement les deux composants, les installe correctement et les remplit correctement.

« Si vous disposez de ces trois éléments, vous aurez un raccord de bonne qualité, et cela devrait durer plus de 100 ans », explique Siebenthaler.